Le Var est l’une des destinations préférées des plongeurs en France. Chaque année, des milliers de passionnés du monde sous-marin se rendent dans ce département du sud-est de la France. Et ce n’est pas un hasard si le Var a autant de succès. Calanques, tombants, épaves et îlots offrent de nombreux habitats à une faune aquatique diversifiée. Un véritable paradis aquatique pour les passionnés de nature. La Mer Méditerranée est aussi plus calme que l’Océan Atlantique et ses eaux sont particulièrement translucides. Associez à ces atouts une température agréable et vous connaissez le secret de la Grande Bleue. Cet article présente une sélection de 5 beaux spots de plongée dans le Var. Que vous soyez néophytes ou scaphandrier confirmé, il y a des sorties inoubliables qui vous attendent sous l’eau. Nous vous souhaitons bonne lecture.

Pourquoi choisir le Var pour plonger ?

Le Var compte 300 kilomètres de côtes. Mais aussi plusieurs îles et îlots. Sans oublier l’important Parc national marin de Port-Cros. Cette importante façade sur la Mer Méditerranée offre un remarquable panel de fonds sous-marins à explorer. Les épaves – témoins de l’Histoire – sont nombreuses et certaines sont accessibles aux plongeurs débutants. Les orientations diverses des côtes rendent possible les plongées, même lorsque le mistral se lève. Ainsi, on trouve toujours une crique abritée, où la houle ne viendra pas déranger les plongeurs.

La meilleure période pour pratiquer la plongée s’étend de juin à septembre. À cette période tous les clubs de plongée sont ouverts. La température de l’eau est généralement supérieure à 14°C, même au cœur de l’hiver. Ce qui permet de profiter toute l’année des sites de plongée varois. Il faut aussi rappeler que la côte provençale jouit de 3000 heures de soleil par an. Et que les jours de mauvais temps sont assez rares. On peut donc pratiquer la plongée sous-marine de janvier à décembre.

De nombreux clubs sont présents de Bandol à Fréjus. Il est donc facile de trouver une école de plongée pour se former. Pour plus de facilité, vous pouvez consulter l’annuaire de clubs de plongée du 83 sur https://plongee83.com. La qualité de plan d’eau varois convient pour s’initier à ce sport et passer les différents niveaux, jusqu’à devenir un plongeur autonome. Si vous passez quelque temps dans le Var, profitez-en pour apprendre en toute sécurité la plongée sous-marine.

Plongée sous-marine devant une épave dans les eaux cristallines de la Méditerranée
Les eaux varoises abritent de nombreuses épaves que l’on peut explorer

Les meilleurs spots de plongée du Var

La qualité des sites de plongée est avant tout une histoire de goût personnel. Et chacun aura ses préférences. Certains plongeurs sont davantage intéressés par la faune, d’autres sont des passionnés d’épaves. Les plus belles plongées ne sont pas non plus les plus techniques. Et il n’est pas nécessaire d’avoir un niveau 3 pour profiter des plus belles randonnées aquatiques. Néanmoins, nous avons rassemblé cinq sites de plongée qui sont généralement cités par les plongeurs et qui font la renommée de la région.

La batteries de Léoubes

La batterie de Léoubes est une ancienne plateforme de tir de torpilles. Cet équipement permettait les essais des engins construits dans l’usine d’armement de La Londe. Actuellement, la partie submergée est un site intéressant pour les plongeurs débutants. La construction offre des parois verticales qui descendent jusqu’à 10 mètres de fond. On peut y observer quelques espèces intéressantes et notamment de petits poissons bleus, les demoiselles.

Les clubs de plongée qui sont basés à La Londe-les-Maures, Hyères-les-Palmiers et Bormes-les-Mimosas organisent souvent des sorties sur ce spot.

Le cimentier

Le cimentier est un étrange bateau dont la coque est en béton. Cette épave est l’une des rares que l’on peut explorer avec un niveau 1. C’est-à-dire après avoir passé le premier brevet de plongée. Le cimentier repose au nord-ouest de l’île de Porquerolles. Et la profondeur maximale est de 15 mètres. L’épave se trouve dans un herbier de posidonies et l’on peut rencontrer des girelles, poissons multicolores bien connus dans la région. Dernièrement, un mérou y aurait même trouvé refuge.

La coque éventrée permet aux plongeurs de rentrer à l’intérieur. Par contre, aucune machinerie n’est présente sur le cimentier. Mais c’est toutefois une destination parfaite pour débuter avec l’exploration des épaves.

Une murène se cachant dans les rochers
Les épaves et les tombants sont souvent habités par les murènes. Mais attention à vos doigts !

La Gabinière

La Gabinière est un îlot situé au sud-ouest de l’île de Port-Cros. Il s’agit de l’un des sites de plongée les plus fréquentés de la région hyéroise. Il est en effet possible d’y plonger à différentes profondeurs en fonction du niveau technique des plongeurs. Mais il est plus confortable d’avoir un niveau 2 pour profiter du site.

Sur les tombants, il est facile d’observer une faune diversifiée. Et notamment des mérous et des murènes en grand nombre. Les plongeurs chanceux pourront aussi croiser durant les mois d’été des bancs de jeunes barracudas. Ces poissons prédateurs se rassemblent en grand nombre dans les eaux du Parc National de Port-Cros à cette période de l’année.

Les tombants de la Gabinière sont également colonisés par des invertébrés et notamment des gorgones et des anémones. L’emploi d’une lampe de plongée permet de faire apparaître une profusion de couleurs. Ne l’oubliez pas !

Le Donator

Le Donator – renommé Prosper Schiaffino par son dernier armateur – est un cargo qui mesure 78 mètres de long. Il était affecté aux liaisons maritimes entre l’Europe et l’Afrique du Nord. En 1945, il a sombré entre Porquerolles et Port-Cros, coulé par une mine, alors que la seconde guerre mondiale était finie depuis quelques mois.

Le Donator est une épave mythique pour les scaphandriers. Pour sûr, elle ne laissera personne indifférent. Les points d’intérêt de cette plongée sont les hélices du cargo, ainsi que la grande barre à roue dans un remarquable état. Sans oublier les gorgones rouge et jaune – dont certaines mesurent un mètre d’envergure – qui recouvre la coque du cargo. Le Donator est devenu en plus de 70 ans un véritable récif.

Cette plongée est toutefois technique et elle doit être bien préparée. Car le courant est parfois fort et l’épave repose dans la zone des cinquante mètres de profondeur. La vidéo suivante vous présente quelques images d’une plongée sur Le Donator. Et notamment la vertigineuse descente dans le grand bleu. Imaginez les sensations que l’on peut ressentir.

Vidéo d’une plongée sur le Donator, épave gisant à 50 mètres de fond au large de Porquerolles.

Le Rubis

Le Rubis est un sous-marin poseur de mines. Il gît par 40 mètres de profondeur au large du Cap Camarat, entre les villes de Cavalaire et de Saint-Tropez. Ce bâtiment mesure 66 mètres de long. L’histoire de ce sous-marin mérite que l’on s’y attarde. Il s’agit d’un bâtiment qui restera au service des alliés, même après la capitulation de la France en 1940. En effet, son commandant refusa l’ordre de son État Major de rentrer à Toulon. Il restera à combattre aux côtés des anglais en Mer du Nord. A la suite de ces missions, ses mines auront coulé au moins 18 navires ennemis. Mais il est possible qu’il ait causé plus de dégâts à la marine allemande. Ce sous-marin résistant sera par la suite décoré par l’ordre des compagnons de la libération.

Le Rubis n’a pas sombré durant la guerre. Contrairement à d’autres bateaux vendus aux ferrailleurs, le sous-marin sera définitivement submergé pour le préserver. La Mer Méditerranée est parfois un véritable musée. L’épave sera par la suite utilisée comme site d’entraînement pour les militaires.

Peu de sous-marins coulés sont accessibles aux plongeurs. Car la plupart reposent dans les abysses à des profondeurs inaccessibles pour les scaphandriers. Toutefois, le Rubis fait encore partie des plongées techniques, accessibles aux plongeurs expérimentés.

Cette épave est bien conservée. On peut y observer les deux périscopes du bathyscaphe, son gouvernail et ses tubes lances torpilles à l’avant et à l’arrière. Par contre, son hélice a été retirée. Elle se trouve actuellement au Musée de la Marine de Toulon. De nombreuses murènes et des congres ont trouvé dans le Rubis le parfait logis. Mais l’on peut rencontrer beaucoup d’autres espèces de poissons autour et dans l’épave.

Plongeur devant une épave indiquant que tout va bien.
Certains sites de plongée demandent un entraînement préalable et une formation technique adaptée

Les Embiez

Située à Six-Fours-les-Plages à l’ouest du département, l’Île des Embiez est réputée dans le cercle des plongeurs de Provence. Les fonds sous-marins qui entourent l’île sont très appréciés par les scaphandriers débutants ou confirmés. Mais il faudra être suffisamment aguerri pour accéder aux spots suivants:

  • Le P-38, un avion de chasse américain abattu durant la seconde guerre mondiale
  • Le B-26, un bombardier que l’on nomme aussi le maraudeur
  • Le super-mystère, un avion de chasse français qui repose à cinquante mètres de profondeur

Notez, qu’en vous rendant sur l’île vous pouvez aussi visiter l’aquarium de l’Institut Paul Ricard. Les bacs présentent la faune aquatique méditerranéenne. Et quelques plages permettent aussi de partir du bord pour faire une randonnée aquatique en snorkeling.

Banc de barracudas visible lors de vos plongées dans le Var
Durant l’été, les eaux varoises sont fréquentés par des bancs de jeunes barracudas

Trouver un club de plongée dans le Var

La plupart des plongeurs amateurs ne disposent pas du matériel et d’un bateau pour se rendre sur les sites de plongée que nous avons cité. Si vous recherchez un encadrement et pourquoi pas vous initier à la plongée sous-marine, vous devez plonger dans l’un des clubs varois. La plupart des villes et villages de la côte ont au moins un club de plongée. Tous sont ouverts durant la saison estivale. Et certains le sont tout au long de l’année.

Et si l’on faisait un peu de snorkeling ?

La plongée sous-marine est une discipline technique qui peut intimider les néophytes. Revêtir une combinaison épaisse, s’équiper d’un matériel encombrant, respirer dans un détendeur ne sont pas pour rassurer les débutants. Pourtant la découverte des fonds marins n’est pas seulement réservée aux seuls scaphandriers.

Si vous souhaitez voir quelques beaux poissons et survoler les herbiers de posidonies, il est possible de pratiquer le snorkeling. C’est-à-dire de nager avec des palmes, un masque et un tuba. Et sans porter de bouteilles d’air comprimé sur votre dos. Vous pouvez voir beaucoup de choses depuis la surface. Et avec un peu de pratique, vous pouvez descendre en apnée jusqu’à cinq mètres ou davantage.

Femme pratiquant le snorkeling
Le snorkeling est accessible à tous et permet de découvrir la faune et la flore.

Nous vous conseillons de vous rendre à la Plage de Saint-Clair et à la plage de l’Estagnol pour profiter de roches faciles à atteindre depuis le bord. Pour obtenir plus d’informations sur ces lieux, vous pouvez litre notre article sur les plus belles plages du Var.

Mais attention, comme pour la plongée sous-marine, il est déconseillé de faire du snorkeling seul, ceci pour des raisons de sécurité. Le risque de noyade est réel. De plus, vous ne devez pas vous aventurer dans les espaces qui sont fréquentés par les bateaux à moteur. Ces derniers sont très nombreux en été et naviguent souvent beaucoup trop vite pour éviter les nageurs.

Certains clubs de plongée proposent des sorties snorkeling. Nous vous conseillons de vous renseigner auprès d’eux. Vous pourrez alors profiter des eaux du Parc national de Port-Cros ou d’un autre site préservé.

Nous espérons que cet article vous donnera l’envie de pratiquer la plongée sous-marine dans les eaux varoises. Bien entendu, il est possible d’y ajouter d’autres spots que nous n’avons pas cité. Ils sont tellement nombreux. N’hésitez pas à placer un commentaire pour partager vos expériences. Au plaisir de vous lire.